Korê

++ Edition de restitution de résidence
++ Livre d'artiste

Ce projet a débuté dans le cadre d'une résidence à Mulhouse avec comme partenaire La Kunsthalle, l'Université de Haute-Alsace et plus précisément l'Ecole Nationale Supérieure d'Ingénieurs du Sud-Alsace (Section fibres et textiles). Ce qui m'intéresse avec la photographie, c'est ce sentiment de la perception du toucher tout en sachant qu'on ne peut pénétrer l'image. C'est la notion du plan haptique. Avec ce projet, j'ai continué cette introspection de la sensation d'oscillation, cette introspection de la sensation d’oscillation, d’échange, d’aller-retour entre le spectateur et la photographie.
Pour cela, j’ai travaillé avec l’introduction du pli dans mes portraits. Le pli est une forme fluide. Ce n’est plus la répétition à l’identique, mais une répétition de toutes les différences. Le pli par son mouvement répétitif et continu est la transformation d’un plan en volume. Il créer la vie à partir de l’amorphe, il insert le mouvement dans le statique.
Ce pli ou drapé se croise avec ma pratique du portrait dans mon intérêt pour le vêtement ainsi que pour ce qui est essentiel pour moi dans ma photographie, c’est à dire la notion d’haptique.
J’ai continué mes recherches avec comme enjeux le questionnement du trouble, de l’invisible qui se joue sur les visages et qui est mué par un jeu d’aller et retour dans et hors de la photographie.

++ Edition of residence restitution
++ Artist's book

This project started as part of a residency in Mulhouse with La Kunsthalle as partner, the University of Haute-Alsace and more precisely the National School of Engineers of Southern Alsace (Section fibers and textiles). What interests me with photography is this feeling of the perception of touch while knowing that one can not penetrate the image. This is the notion of the haptic plane. With this project, I continued this introspection of the feeling of oscillation, this introspection of the sensation of oscillation, exchange, and return between the viewer and the photograph.
For that, I worked with the introduction of the fold in my portraits. The fold is a fluid form. It is no longer the identical repetition, but a repetition of all the differences. The fold by its repetitive and continuous movement is the transformation of a plane into volume. He creates life from the amorphous, he introduces the movement into the static.
This fold or drapery crosses with my portrait practice in my interest for the garment as well as for what is essential for me in my photography, ie the notion of haptics.
I continued my research with as issues the questioning of the disorder, of the invisible that is played on the faces and which is moved by a game of back and forth in and out of the photograph.